L'article 12 de la Convention indique que si le tribunal a des raisons de supposer que l'enfant a été emmené dans un autre pays, il peut suspendre la procédure ou rejeter la demande. Le déplacement de l'enfant dans un autre pays ne modifie pas sa résidence habituelle.